Ni Européen, ni Américain du nord ; mais géo-propriétaire


Êtes-vous fier d'être un habitant de cette planète ?


Bien sûr que vous l'êtes. Personne n'a honte d'être terrien, terrestre, tellurien.

Cependant, la situation pourrait être différente, particulièrement pour les sages lorsqu'ils considèrent les régions inhabitées, l'écoumène (de οικουμένη) d'où ils viennent. L'Histoire des êtres humains est quelque peu douteuse.

A titre d'exemple, êtes-vous fiers d'être européen lorsque vous pensez aux européens plus bas?


Il est probable que ce bébé n'émette en vous aucune image négative, et vous pouvez même penser que ce petit garçon est adorable. Cependant, cet adorable bébé plus haut a grandi pour devenir l'homme exposé ci-après.


La photo ci-dessus n'est pas laide en soi, mais vous ne direz certainement pas de cet adulte qu'il est « adorable ». Si vous considérez l'européen présenté plus haut, vous n'êtes probablement pas si fier d'être européen.

Cependant, à cet instant, vous pourriez ressentir l'envie d'ajouter que tous les européens ne sont pas mauvais ou fous, non ? L'européen plus bas est sans nul doute bien plus admirable que celui au dessus.


Absolument, l'adulte plus haut est bien plus admirable. Néanmoins, comme le dit le vieux dicton : « tout ce qui brille n'est pas d'or ». On dit également que l'homme plus haut a autrefois fait remarquer : « Nous avons toujours pensé que les irlandais étaient quelque peu bizarres. Ils refusent d'être anglais. » Vous n'avez pas besoin d'être irlandais pour trouver cette déclaration hautaine ou condescendante. Et après avoir lu cette déclaration, vous avez sans doute une vision bien plus réaliste de la personne ci-dessus que celle que les historiens, particulièrement les historiens de l'ouest, souhaitent transmettre. En effet, Il avait simplement besoin d'être meilleur que l'adorable bébé européen qui, en grandissant, est devenu un véritable monstre, bien que cet homme plus haut pensait que tout ce dont on avait besoin pour réussir dans la vie était d'être « anglais », ce qui est, bien entendu, du grand n'importe quoi.

Il y a une différence entre, d'une part être fier d'être anglais, et d'autre part laisser cette fierté patriotique obscurcir les réalisations historiques des autres peuples. En outre, je connais un anglais fier de l'être qui ne porte sûrement pas dans son cœur ses origines européennes. C'est tout d'abord vrai dans la mesure où aujourd'hui, être anglais est devenu un statut de seconde classe comparé à celui d'être britannique, et « britannique » est sans nul doute un terme peu attirant pour quelqu'un qui n'est ni écossais, ni gallois ; mais c'est également vrai dans la mesure où la plupart des anglais n'estiment pas beaucoup les européens du continent, les « continentaux ».

Celui qui a vraisemblablement synthétisé ce sentiment au mieux est le politicien Nigel Farage qui a déclaré : « Nous avons un chef d'état conservateur qui croit aux taxes environnementales, qui ne compte pas ramener les « grammar schools » (écoles primaires et secondaires sur examen d'entré au Royaume-Uni), qui croit en sa politique ouverte sur l'immigration de l'Europe de l'est et qui refuse tout référendum concernant l'UE ». Il est clair que Farage ne proteste pas autant contre les allemands, ou les français, que contre les européens de l'est, mais vous n'avez pas besoin d'être eurosceptique pour partager son opinion.

Même un américain du nord comme moi-même peut partager son opinion, particulièrement lorsque vous voyez comment les européens de l'est ont aujourd'hui l'air prêt à commencer une troisième guerre mondiale. Ils veulent tous que nous voyions Poutine comme le nouvel Hitler, tout en ne souhaite qu'une chose : maîtriser le continent, exactement comme Hitler ! Et bien, pardonnez-moi mais je ne partage plus aucun sentiment d'appartenance avec l'Europe, si c'est ce qu'un Européen est censé ressentir, et je sympathise avec Poutine et autres intervenants russes.

Si l'Europe, par le passé, a produit d'ignobles êtres humains, notamment sur la scène politique, l'Europe d'aujourd'hui, comme dépeinte par les publicités Rai Italia pro-Eu, aimerait être exemptée de loyer, ou du moins vivre sans avoir à assumer les conséquences de son histoire. Elle souhaite être traitée non seulement comme quelque chose qu'elle n'a jamais été, mais également que ce soit réalisé sans qu'elle ait à faire quoi que ce soit, et à l'avantage des européens ! Peut-être que les africains voient l'Europe comme une sorte de Mecque économique, mais les européens eux-mêmes, dans l'ensemble, sont moins optimistes qu'eux en ce qui concerne les nouvelles institutions européennes. L'Union Européenne (UE) doit encore produire sa propre version moderne du Magna Carta libérateur. De plus, le Magna Carta était une « Grande Charte » seulement valable pour la noblesse féodale, pas pour le peuple qui possédait peu ou rien, pas pour les pauvres. La Magna Carta n'était en réalité pour eux, tout au plus, qu'une Modesta Carta, une « Charte modeste ».

Il est difficile de ressentir de la fierté dans ses origines européennes tout en étant réaliste, et pour beaucoup d'européens, c'est même plus dur de se sentir bien d'être un américain du nord — ce qui n'est pas pareil qu'être un indien d'Amérique — et s'il se trouve qu'il a des origines italiennes, alors il est traité moins bien que s'il était un nazi, et ceux qui ont un nom anglais ou allemand n'ont rien à craindre.

Tout comme nos impressions positivement irréels à l'égard de Churchill, le traitement des gens d'origine italienne par les indiens d'Amérique n'est pas justifiable.

Pour commencé, bien que Christophe Colomb était loin d'être un être humain parfait, les italiens qui parlaient l'osque ont eux-mêmes été colonisés relativement tôt, au IVème siècle avant Jésus-Christ, par les italiens qui parlaient latin, aujourd'hui connus sous le nom de romains, les nazis européens de l'antiquité.

http://hernici.com

Les indiens d'Amérique n'ont pas réussi à se rendre compte que le colonialisme a commencé sur le continent européen, pas si loin de Rome, et même bien avant que nos pieds n'ébranlent les terres d'Amérique.

En outre, ne mettez pas le trafic d'esclaves sur le dos de Christophe Colomb. Ce trafic entre l'Europe et l'Afrique a commencé en réalité 50 ans avant que Christophe Colomb n'atteigne les Amériques, en commençant par le Portugal et l'Espagne, puis rejoint peu de temps après par les hollandais. L'Angleterre fut la dernière à faire parti de ce commerce. Les esclaves étaient envoyés vers les ports de la côte ouest en Afrique, puis mis dans des bateaux en direction de d'autres pays, principalement l'Espagne et le Portugal.

http://wiki.answers.com/Q/Why_did_the_Atlantic_slave_trade_start

De plus, les détails historiques les plus complets montrent que les africains traitaient les autres africains d'une manière plus qu'inhumaine (ne faites pas attention au prétendu sentiment panafricain que certains essaient de conférer au continent africain), donc pourquoi ressent-on ce sentiment de haine pour seulement Christophe Colomb et les italiens ?

Autre chose, pourquoi est-ce que le gouvernement des Etats-Unis devrait vouloir le même système que celui de l'Union Européenne, être exempté de loyer et ne pas avoir à assumer les conséquences de son histoire ; alors que tous les autres, qui ont acheté des terres en Amérique du Nord ont dû en payer le prix, et sont même traités comme s'ils n'avaient pas complètement remboursé leur emprunt, sur la maison dont ils sont propriétaire, alors qu'ils l'ont fait. Et si les américains du nord — pas les italiens — n'ont pas tué les indiens d'Amériques, répondez donc à cette question : qui a tué toute cette population à Hiroshima et Nagasaki, et y-a-t-il eu des répercussions morales du même niveau que pour les nazis ?

Et ces 'politiciens en carton' — pour utiliser un language élégant bien qu'il ne soit que peu flatteur — qui pensent-ils être ? Pensent-ils être les personnes représentées plus haut?


Le 1er janvier en 42 avant Jésus-Christ, le sénat romain a reconnu à titre posthume Jules César comme divinité le l'état romain, ou le Divus Iulius. Auguste — l'homme doré plus haut, né Gaius Octavius, et qui a été adopté par son grand-oncle maternel, Jules César lui-même, qui l'a également nommé héritier dans son testament — a pu explorer d'avantage cette idée en soulignant le fait qu'il était Divi filius, ou le « fils de Dieu ». Les politiciens d'aujourd'hui, sont-ils les « fils de Dieu », fils du divin Jules (César) ?

C'est ce qu'ils aimeraient que vous pensiez ! En réalité, la plupart ne sont pas seulement les « fils de Dieu », mais leur comportement révèle qu'ils pourraient même être les « fils d'impudiques femmes » !

L'être humain qui vous écrit ses mots n'est pas le fils du Divin Jules (César). Tous mes ancêtres n'étaient pas romains, une caractéristique importante que tous les prétendus fils du Divin Jules devraient posséder. Dans les faits, je descends à part entière de personnes qui aussi tard qu'en l'an 14 après Jésus-Christ, à la mort de l'empereur Auguste, ne parlaient ou n'écrivaient pas latin, mais Osque, ainsi je suis le descendant biologique des italiques, mais pas celui des tribus romaines (ou latines). A l'inverse du latin, langue des conquérants, l'osque est aujourd'hui une langue éteinte, mise à part pour mon nom, Cesidio, qui a des origines osques et non latines.

L'être humain qui a écrit ces mots n'est pas le fils de Christophe Colomb, que beaucoup d'européens et catholiques d'Amérique du nord ont décidé de renommer « Saint Christophe Colomb ». Bien que plusieurs de mes ancêtres soient allés aux Amériques tout comme Colomb, y compris mes parents, contrairement à Colomb, j'ai fait le voyage inverse, allant des Amériques vers l'Europe, et plusieurs fois. Je suis né en Amérique du nord, non en Italie du nord.

Aucun chef d'état, tel que la Reine Isabella of Castile, n'a financé mes voyages à travers l'océan atlantique, mes parents l'ont fait.

Dans la même mesure, Adi Da Samraj déclara: « c'est l'humanité dans son ensemble qui est l'Incarnation de la forme humaine, pas certains individus humains spécifiques. Seulement l'ensemble est la manifestation divine, sans exclusion. Ainsi, le Gourou n'en est pas l'Incarnation exclusivement-parlant. L'humanité est l'Incarnation. »

En s'approchant un peu de l'idée que j'essaie d'exposer, Anton Tchekhov a également écrit sur le sujet, ce qui a été récemment répété [1] par Ron Paul: « L'Etat n'est pas Dieu. Il n'a aucun droit de prendre ce qu'il ne peut pas restaurer quand bon lui semble. » [2].

Les rois et reines ont souvent prétendu être Dieu, ou « fils de Dieu », et même les politiciens les plus républicains d'aujourd'hui agissent comme s'ils étaient les « Fils de Dieu », le fils du divin Jules (César) lui-même, mais le fait que mes humbles immigrants de parents furent ceux qui financèrent mes vingt et quelques traversées de l'océan atlantique au fil des années pendant ma jeunesse, et c'était après avoir soutenu le système éducatif de l'Etat de New York à travers leurs impôts — ce que je n'ai jamais utilisé, des impôts qui, en eux-mêmes, ne peuvent donner à nos enfants la flexibilité linguistique avec laquelle j'ai grandi, ni la profondeur éducationnelle que j'ai reçu, ce qui montre que ce n'est ni le roi, la reine, le président ou même le premier ministre qui est Dieu, et il peut, au mieux, n'être qu'un grand Gourou. C'est la famille, même la plus humble des familles qui s'approche le plus de Dieu, de l'Incarnation, du Messie/sauveur, ce qui est la meilleure fondation de la société.

L'être humain qui a écrit ces mots a été élevé et adopté par trois pères, pas un, ni même deux. Quand j'étais très jeune, et en Amérique du Nord, j'ai été élevé par mon père physique et biologique, qui était un immigrant et maître dans la construction. Dans ma jeunesse, et en Italie, j'ai été élevé par mon père mental et spirituel, un prêtre et maître en théologie. Dans mes années suivantes, et à travers Internet, j'ai été adopté par mon père social et émotionnel, un indien d'Amérique et maître soigneur.

Ainsi, l'être humain qui a écrit ces mots n'est pas le « Fils de Dieu ». Il est supérieur à ceux qui agissent comme s'ils étaient le « fils de Dieu », car il est plus comme le « fils de la sainte trinité ».

L'être humain qui a écrit ces mots n'est pas le fils d'un faux saint comme Colomb, mais le fils d'un vrai ! Il n'a pas été adopté par un empereur romain comme César, mais par un indien d'Amérique soigneur !

Son premier père construisait des bâtiments ; il construit de nouveaux mondes. Son deuxième père adoptait des saints et étudiait les prophéties ; il canonise les saints et réalise les prophéties. Son troisième père enseignait et soignait la tribu, il enseigne et soigne le monde.

L'être humain qui a écrit ces mots, du moins dans certains domaines, est un enseignant, un maître. L'autre mot qui permet de décrire cette idée est Gourou.

Le bouddha a autrefois prédit que le prochain bouddha, le prochain grand maître ou l'éclairé, aiderait à apporter le buddhakṣetra, un « champ de bouddha » qui voit le jour, une terre pure où les gens peuvent créer un futur heureux et gratifiant pour eux-mêmes, leur famille et les communautés de personnes qu'ils aiment.

Est-ce que ce champ de bouddha était censé être une nation, et son fondateur un chef ? Non, les nations ne sont pas des utopies.

Est-ce que ce champ de bouddha était censé être un état, et son fondateur un gouverneur ? Non, les états ne sont pas des utopies.

Est-ce que ce champ de bouddha était censé être un pays, et son fondateur un président? Non, les pays ne sont pas des utopies non plus.

Ce champ de bouddha à venir peut seulement être un continent, dans la mesure où il n'y a pas, à proprement parlé, de « président » pour un continent. Il peut seulement y avoir un gourou pour un continent, un grand maître, ou maître éclairé, celui qui le commence ; et je suis seulement le gourou du champ de bouddha appelée Global Earth Oceans (Terres et océans mondiaux) ou GEO.

Cependant, bien qu'il soit sans aucun doute important d'avoir un gourou dans le but de commencer un continent, le gourou n'est pas l'incarnation, strictement-parlant, ou la manifestation d'une divinité. Je pense également avoir montré des preuves comme quoi la nation n'est pas Dieu, de même pour l'état et le pays. C'est l'humanité qui est l'incarnation, c'est l'humanité qui est Dieu.

Aujourd'hui, l'humanité n'a pas de gourou, seulement une flopée de personnes divisées (également égoïstes, pour ne pas dire criminelles) qui s'appelles chefs, gouverneurs ou présidents, et dans le meilleur des cas, ils ne peuvent représenter qu'une partie ou division de l'humanité, pas l'humanité dans son ensemble. Ils sont, au mieux, des « fils de Dieu » surestimés, mais pas le fils de la sainte trinité sous-évalué.

Le gourou du champ de bouddha appelé Global Earth Oceans ou GEO a besoin de tous les hommes et femmes de bonne volonté afin de changer cette allégeance qu'ils ont pour le continent sur lequel ils vivent, qui n'a pas de vrai chef, gouverneur ou président tout comme le gourou d'un continent ne peut pas être son Premier Citoyen, mais son Dernier Citoyen. De plus, vos enfants et petits-enfants ne pourront jamais être fiers d'être européen, américain du nord ou africain, et peut-être que les autres continents sont loin d'être parfaits mais ils peuvent ressentir cette authentique fierté des indigènes géo-propriétaires ! Vous ne pouvez rien commencer de bien ou de pur sur des fondations imparfaites, mais vous pouvez tout réussir sur des fondations complètes et de qualité.

J'ai commencé Global Earth Oceans ou GEO avec l'état-nation appelé l'Archipel Multi-Océanique des Micronations-Unies (en anglais UMMOA®) et GEO ne représente pas tout l'UMMOA mais seulement les propriétés privées de trois micronations. Nous avons besoin de plus de géo-propriétaires, ainsi que de plus de propriétés-Géo pour faire grandir ce continent, et nous ne pouvons pas y arriver sans votre aide.

Global Earth Oceans ou GEO n'est pas une nation, un état ou même un pays unique, et ce n'est pas non plus à propos de citoyens particuliers. Non, c'est à propos d'hommes et de femmes libres, d'hommes et de femmes qui ont des droits, ou de Dieu dans sa forme humaine. Merci de contacter le Gourou de le champ de bouddha à l'adresse email suivante pour commencer à discuter et agir :

Anglais d'origine :
Cesidio Tallini


Traduction français :
Caroline